Colisée - Panthéon
Le Colisée à Rome

Un bar de Rome fait parler de son interdiction

Dans ce petit bar de Rome, la patronne a décidé de redonner à ses clients un peu de "sérénité" en les obligeant à ne plus plus parler de ce sujet omniprésent et anxiogène.
Dans ce petit bar de Rome, la patronne a décidé de redonner à ses clients un peu de "sérénité" en les obligeant à ne plus plus parler de ce sujet omniprésent et anxiogène.

Le message est clair et trône au-dessus du comptoir : « Interdiction de parler du coronavirus ».

Dans ce petit bar de Rome, la patronne a décidé de redonner à ses clients un peu de « sérénité » en les obligeant à ne plus plus parler de ce sujet omniprésent et anxiogène.

Calligraphie - Font
Interdiction de parler Du coronavirus

Pour aider ses clients, Cristina a installé une autre pancarte pour suggérer des « Idées de sujets de conversations : actualité, vie des gens célèbres, histoire, culture générale ».

Dans ce petit bar de périphérie où l’on peut aussi déguster pâtisseries et sandwiches, Maurizio Ciocari, un coiffeur pour dames de 63 ans, rend hommage à « une initiative sage, voire indispensable ».

« Il faut arrêter de parler du problème mais plutôt le résoudre », préconise cet homme.

Alors à la place, « on parle de tout, moi j’aime la musique, je suis amateur de rock ».

« Des clients ont trouvé cette initiative sympathique et amusante, moi je l’ai trouvée intelligente », ajoute cet habitué, qui se réjouit de « l’atmosphère très sereine » régnant dans son bar préféré, chaleureux avec ses murs bordeaux et ses caisses en bois remplies de thé suspendues au mur.

Et si un client aborde malencontreusement le sujet interdit? Cristina a opté pour la méthode douce: « Il n’y a pas de sanctions, mais je rappelle aux clients qu’ici on ne peut pas en parler, ou faire des pronostics sur le confinement par exemple ».