retraité

93

«La préfecture a répondu que je ne pouvais pas avoir de nouvelle carte grise parce que j'étais mort, ça fait un choc quand même!», a confié cet habitant de Fleury (est de la France) .
«La préfecture a répondu que je ne pouvais pas avoir de nouvelle carte grise parce que j'étais mort, ça fait un choc quand même!», a confié cet habitant de Fleury (est de la France) .

Quand Raymond Schmitt, 93 ans, s’est fait cambrioler en juin dernier, il a cherché à refaire ses papiers.

«La préfecture a répondu que je ne pouvais pas avoir de nouvelle carte grise parce que j’étais mort, ça fait un choc quand même!», a confié cet habitant de Fleury (est de la France) .

C’est son fils qui a ouvert le courrier et il a immédiatement appelé ses parents, «j’étais inquiet» mais son père lui a immédiatement répondu avec humour «écoute, on va faire tout de suite un trou!».

Raymond Schmitt
Raymond Schmitt, 93 ans

Cette situation ubuesque provient d’une erreur de l’administration qui a confondu Raymond avec un homonyme, «même nom, même prénom, même date de naissance».

Seul leur deuxième prénom diffère: Jean pour le vivant, Joseph pour le mort.

Depuis, Raymond Schmitt se bat pour prouver qu’il est toujours bien vivant, certificat de vie délivré par la mairie de Fleury à l’appui.

«De toute manière, le bon Dieu ne veut pas encore de moi, le diable non plus», sourit le vieil homme !