L'ancien cantonnier
L'ancien cantonnier

1 million

Il y a quelques mois, le maire Jean Dreuil est avisé par notaire qu’un ancien pensionnaire d’une résidence pour personnes âgées du village, décédé un peu plus tôt à l’âge de 94 ans, a fait de la commune son légataire universel.
Il y a quelques mois, le maire Jean Dreuil est avisé par notaire qu’un ancien pensionnaire d’une résidence pour personnes âgées du village, décédé un peu plus tôt à l’âge de 94 ans, a fait de la commune son légataire universel.

« On savait qu’il avait un peu d’argent mais pas dans de telles proportions. »

Le maire du village de Sérignac (Lot-et-Garonne), 1.191 habitants, n’en revient toujours pas. Dans les colonnes du quotidien Sud Ouest, il raconte comment sa commune a hérité d’un pactole d’un million d’euros !

Il y a quelques mois, le maire Jean Dreuil est avisé par notaire qu’un ancien pensionnaire d’une résidence pour personnes âgées du village, décédé un peu plus tôt à l’âge de 94 ans, a fait de la commune son légataire universel.

serignac,serignac
La commune de Sérignac, dans le lot-et-Garonne

Cet « ancien cantonnier, un original qui boursicotait un peu » comme le décrit le maire, a légué à la commune ses placements et le contenu de son coffre.

Et en ouvrant ce dernier en présence du notaire, le maire découvre… pour 170.000 euros d’or, soit trois lingots, et plus de 150 napoléons, raconte encore Sud Ouest.

Parmi ses dernières volontés, le légataire a exprimé son souhait que trois maisons soient construites.

Ce que le maire fera, bien évidemment, « et la commune gagnera de l’argent en les louant. »